Le soutien à la Recherche

A. Les programmes de recherche soutenus par la France

Les programmes de recherche soutenus par la France ont pour objectif de renforcer les liens scientifiques entre les laboratoires français et marocains.

• Le PHC Toubkal est un programme de coopération scientifique entre la France et le Maroc. Né, en 2014, de la fusion de deux anciens PHC (Volubilis - thématiques générales et PRAD - agronomie), il s’adresse à tous les établissements de recherche relevant d’universités ou de centres de recherche. Chaque année, un appel à projets est lancé afin de sélectionner 20 projets pour le PHC Toubkal. Ce partenariat cofinance sur une base annuelle pendant 3 ans, les séjours en laboratoire des doctorants marocains dans le cadre de thèses en cotutelle, ainsi que les mobilités des chercheurs français et marocains. Depuis 2014, le PHC Toubkal représente plus de 150 publications, plus de 160 communications orales ainsi que 3 brevets. Actuellement 54 projets sont en cours.

• Le PHC Maghreb est un programme de coopération scientifique créé en 2011 à l’échelle du Maghreb (Maroc, Algérie et Tunisie). Chaque année, un appel à projets est lancé afin de sélectionner 5 projets. Les soutiens accordés, sur une base annuelle durant 3 ans, sont destinés à promouvoir la coopération scientifique régionale en finançant conjointement la mobilité de doctorants et des chercheurs aussi bien en France que dans les différents pays du Maghreb. Depuis 2016, le PHC Maghreb représente plus de 100 publications et plus de 30 communications orales. Actuellement 12 projets sont en cours.

• L’Ambassade France est également investie, depuis des décennies, dans le domaine de l’archéologie, notamment via le soutien aux missions de fouilles franco-marocaines. En 2019, le Ministère de l’Europe et des affaires étrangères finance 4 missions de fouilles menées au Maroc par des équipes franco-marocaines : la mission « Sijilmâsa », la mission « Littoral », la mission « Igîlîz » et la mission « Rirha ». Ces fouilles engendrent d’excellents résultats. L’Ambassade organise par ailleurs des événements afin de valoriser les résultats des missions de recherche.

B. La diffusion de la culture scientifique

L’Ambassade de France propose chaque année un Cycle de conférences scientifiques pour le grand public en partenariat avec l’Académie Royale, l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques de Rabat et l’Université Abulcasis des Sciences de la Santé – Fondation Cheikh Zaïd. Le public marocain a ainsi bénéficié de la venue de prestigieux intervenants comme Nicolas Levy, Jean-Laurent Casanova, Alain Fischer ou encore Jean-Jacques Hublin.

C. Les principaux organismes de recherche implantés au Maroc

Le Centre Jacques-Berque (CJB), fondé en 1991, est l’une des vingt-sept UMIFRE (unité mixte des instituts français de recherche à l’étranger) de par le monde, sous double tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Situé à Rabat, sa vocation est de produire un savoir partagé en sciences humaines et sociales, de le diffuser, de le valoriser et d’en assurer le renouvellement par des actions de formation. Au Maroc, l’activité du CJB porte sur les sciences sociales du contemporain. Ses chercheurs conçoivent et mettent en place des programmes de recherche, organisent des séminaires, des colloques, des journées d’étude, des conférences et des ateliers de recherche. Le CJB accueille des chercheurs, des doctorants et post-doctorants de différentes nationalités.

Le Centre National pour la recherche scientifique (CNRS) est présent au Maroc à travers de nombreuses missions au sein des d’universités partenaires ainsi que dans le cadre de projets communs avec le CNRST marocain. Ces deux organismes sont liés par une convention signée en 1984 prévoyant une coopération dans des domaines d’intérêts mutuels tels que la recherche dans le secteur des ressources naturelles, de la protection de l’environnement ou de l’industrie de pointe.

L’Institut pour la Recherche et le Développement (IRD) est un établissement public français placé sous la double tutelle des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et du ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères. La coopération de l’IRD avec le Maroc a débuté il y a une cinquantaine d’années dans les secteurs des sciences du sol, puis de l’hydrologie. Depuis 2000 environ, cette coopération connaît une forte impulsion avec la mise en place de programmes impliquant une diversification des thèmes traités, des disciplines représentées et des institutions partenaires. L’IRD dispose d’une représentation à Rabat et plusieurs de ses chercheurs sont détachés dans des universités marocaines.

Le Centre de coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (Cirad) est un organisme français de recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes, placé sous la double tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Au Maroc, le Cirad conduit principalement des recherches dans le domaine de l’eau et de la gestion de l’eau. Le Cirad développe aussi d’autres activités scientifiques en partenariat avec des institutions marocaines de recherche et d’enseignement supérieur mais aussi des organisations de producteurs, notamment en socio-économie de la production, en amélioration/adaptation des fruitiers tropicaux, en modélisation et alimentation. Plusieurs chercheurs du CIRAD sont détachés dans des universités et instituts de recherche marocains.

Dernière modification : 03/12/2019

Haut de page