« Soutien à la jeunesse en situation précaire » : liste des associations retenues 2019

JPEG

Début février, l’Ambassade a publié un appel à projets à destination des associations marocaines sur le thème « Soutien à la jeunesse en situation précaire ». Élabore en concertation avec l’UNICEF et l’Observation national des droits de l’enfant, cet appel à projets cherchait en particulier à soutenir des initiatives pour prévenir les ruptures de parcours et les risques d’isolement des mineurs au Maroc.

140 dossiers, de toutes les régions du Maroc, ont été reçus. Couvrant toutes les situations auxquelles ces mineurs en situation difficile peuvent être confrontés, ils ont également révélé la dynamique de la société civile marocaine autour de cette question prioritaire.

Ces dossiers ont été étudiés par un comité de sélection composé de :
-  M. Jean-Pierre Rosenczweig, ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny et parrain de cet appel à projets,
-  Mme Karima Kasseba, responsable de la protection de l’enfance à l’UNICEF au Maroc,
-  M. Ahmed Chahir, conseiller de l’Observatoire National des Droits de l’Enfant,
-  Mme Marie Paindavoine, chargée de projets à l’Agence Française de Développement,
-  Mmes Agnès Bertholier et Laetitia Graux, chargées de programme à la Délégation de l’Union Européenne,
-  Mme Fadma Belkis, représentante de l’Agence de Développement Social,
-  M. Ahmed Taoufik Zainabi, chef de département à la Commission Nationale des Droits de l’Homme,
-  MM. Richard Guerin et Tom Bachelery, représentants du service social du Consulat Général de France à Rabat
-  Mme Laurence Levaudel-Clauss, attachée de coopération et responsable du pôle Gouvernance de l’Ambassade de France.

Le comité a retenu 9 associations qui seront soutenues par l’Ambassade :
1/ Afoulki Maroc à Essaouira
Projet « Fonds Afoulki Education »
L’association a créé une aide à la scolarisation au-delà du primaire de jeunes filles rurales motivées et issues de milieux très modestes, afin qu’elle puisse aller au collège, au lycée puis à l’université jusqu’à obtention d’un diplôme ou d’une qualification professionnelle. Le projet consiste à distribuer des bourses à ces jeunes bénéficiaires, en assurant un suivi de leur scolarité et un accompagnement dans leur orientation. L’objectif est de permettre à un maximum de jeunes filles d’être autonomes et de devenir actrices de leur société.

2/ Association Bayti pour les enfants en situation difficile à Essaouira

Projet Les enfants élus locaux de la municipalité d’Essaouira
Le projet consiste à mettre en place une instance élue par les enfants et pour les enfants au sein du conseil municipal d’Essaouira. Cette instance visera à promouvoir et concrétiser leur participation, qui est l’un des principes fondamentaux de la Convention internationale des droits des enfants. Ce conseil permettra aux enfants de faire entendre leur voix aux adultes décideurs et d’être à l’initiative des changements de leur ville. Ce projet se veut pilote, en vue d’être décliné par la suite dans d’autres villes.

3/ Association des Echos pour la solidarité et le développement à Ouarzazate
Projet Timmatin Tiaazrai (mères célibataires)
Ce projet vise à contribuer à l’intégration sociale des mères célibataires au sein de la province de Ouarzazate, en réalisant une enquête pour l’identification de ces mères, en favorisant leur connaissance des procédures de protection sociale dont elles peuvent bénéficier, et en contribuant à la mobilisation des acteurs sociaux au bénéfice de cette population.

4/ Association Initiatives : Citoyenneté, Education, Environnement et Développement (AICEED) à Tanger
Projet Ecole de la Deuxième Chance – Nouvelle Génération
Mise en place par AICEED en partenariat avec la Direction de l’Education Non Formelle (DENF) du Ministère de l’Education Nationale, le projet vise l’intégration socio-professionnelle des jeunes en situation d’abandon scolaire par la mise en œuvre d’un modèle alliant remise à niveau scolaire, initiative professionnelle en partenariat avec le Centre de qualification des arts traditionnels de Tanger, et activités parascolaires. Ces jeunes intègreront ensuite un programme de formation en apprentissage pour favoriser leur insertion professionnelle.

5/ Fondation Amane pour la protection de l’Enfance à Taroudant
Projet Vivre en famille « bghit naaich f osra »
Le projet cherche à promouvoir le droit des enfants de vivre dans leur famille. Il vise à renforcer les services communautaires, en partenariat avec les acteurs institutionnels, pour prévenir la séparation familiale. Pour ce faire, l’association mettra en place un accompagnement structuré, fondé sur une approche de recherche-action, pour étudier les facteurs qui favorisent la séparation familiale et chercher des solutions pour la prévenir.

6/ Ighil pour le développement de la population montagnarde dans le Bassin M’goun, province de Tinghir
Projet Deuxième chance pour la réinsertion des jeunes déscolarisés dans les zones montagnardes
Le projet veut élaborer un plan local de réinsertion des jeunes de la région ayant abandonné l’école, en partenariat avec une grande diversité d’acteurs (direction de l’éducation nationale de Tinghir, centre d’insertion professionnelle agricole, OFPPT, ANAPEC, collectivités territoriales, GIZ) pour élaborer un programme « d’école de la deuxième chance », appuyer l’insertion professionnelle de ces jeunes par la formation dans le domaine agricole, et les sensibiliser à l’auto-emploi.

7/ Institut National de Solidarité avec les femmes en détresse à El Haouz et Chichaoua
Projet Soutien et formation professionnelle des jeunes mineures à risque de travail domestique
Le projet vise à assurer à 25 jeunes filles mineures en situation de travail domestique ou en risque de le devenir, et qui ne peuvent accéder à l’école par manque d’infrastructures, une formation professionnelle dans les domaines de l’apiculture, de l’élevage et de l’agriculture. Cette formation théorique et pratique vient avec un suivi dédié de l’INSAF, pour une autonomisation des femmes à la fin de leur parcours.

8/ Initiatives pour la Protection des Droits des Femmes -IPDF à Fès
Projet Mise en place d’un service d’intervention auprès des enfants exposé-e-s aux violences conjugales
Tout en soulignant une dynamique dans la prise en charge des femmes survivantes de la violence basée sur le genre, ce projet souligne que la problématique des enfants également victimes de ces violences est encore peu abordée. Au sein du centre multifonctionnel Batha pour l’autonomisation des femmes victimes de violence géré par IPDF, sera mis en place un service d’intervention dédié aux enfants. Le projet implique des actions de sensibilisation auprès des intervenants du centre, le développement d’outils adaptés et un soutien psychologique et scolaire.

9/ Riad Al Amal à Casablanca
Projet L’art-thérapie en soutien à la réinsertion des enfants de la rue
L’art-thérapie est introduite comme complément à la réinsertion des enfants en situation de rue, avec une triple visée : contribuer à lutter contre l’addiction, améliorer l’estime de soi et développer des capacités de résilience pour lutter contre l’impuissance ressentie par ces jeunes. Cette approche comprendra à la fois la création, l’expression corporelle et la musique, ainsi que des activités physiques. Cette initiative inédite sera accompagnée d’un processus d’évaluation structurée pour réajuster le programme au fur et à mesure de son déroulement.

Ces associations recevront une subvention de 100 000 à 200 000 dirhams pour la réalisation de leur projet. Elles entrent également dans un véritable partenariat avec le pôle Gouvernance de l’Ambassade, qui leur propose un accompagnement comprenant des formations régulières (gestion administrative et financière d’une association, suivi et évaluation des projets), des sessions thématiques dédiées avec des experts, et des événements pour se constituer en réseau.
Pour recevoir toutes les actualités concernant ces projets et le soutien de l’Ambassade à la société civile, suivez-nous sur Facebook ! Programme Piscca - Ambassade de France au Maroc : https://www.facebook.com/lafranceaumaroc.societecivile/

Dernière modification : 14/05/2019

Haut de page